Les périodes de formation en milieu professionnel

L’organisation des PFMP est soumise au cadre réglementaire (les éléments en italique dans le texte sont un extrait de la réglementation) :

(1)Enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant au baccalauréat professionnel NOR : MENE0900061A - LR : 191-3 ; 524-8 - arrêté du 10-2-2009 - J.O. du 11-2-2009 - MEN - DGESCO A2-2 (article 6 - Durée des PFMP)

(2)Encadrement des périodes en entreprise - formations professionnelles de niveaux V et IV des lycées - C. n° 2000-095 du 26-6-2000 - NOR : MENE0001509C - RLR : 523-3a - MEN - DESCO A7

(3)Chefs de travaux – Fonction - NOR : MENH1106385C - circulaire n° 2011-056 du 4-4-2011 - MEN - DGRH B1-3 / DGESCO A2-2

Sommaire

Organisation des pfmp

(1) Article 6« Vingt-deux semaines de périodes de formation en milieu professionnel (PFMP), incluant celles nécessaires à la validation du diplôme de niveau V lorsqu'il est préparé dans le cadre du cycle en trois ans, sont prévues sur les trois années du cycle. »

(2) Encadrement des périodes en entreprises « Les périodes de formation en entreprise et stages sont des moments pédagogiques à part entière. Dans cet esprit, la mise en œuvre des périodes implique donc une continuité pédagogique à assurer entre l'établissement scolaire et l'entreprise.

L'encadrement des élèves lié à la période en entreprise doit être entendu au sens large d'accompagnement pédagogique de l'élève dans les différentes étapes de préparation, de déroulement et d'exploitation de cette période.

Pendant les périodes en entreprise des élèves d'une division, chaque professeur de lycée professionnel enseignant dans cette division participe à l'encadrement pédagogique de ces élèves. »

(2) Encadrement des périodes en entreprises « La période en entreprise donne lieu à différents types de visites :

  • Les visites de suivi
  • Ces visites ont lieu généralement pendant la première partie de chaque période. Elles concernent les professeurs de toutes les disciplines.
  • Les visites d'évaluation
  • Toutes les séquences peuvent faire l'objet d'une évaluation formative. »

Planification des pfmp

La planification des 22 semaines de PFMP relève de la responsabilité de l’équipe pédagogique, du conseil pédagogique, et de l’établissement dans le respect de règlementation du bac 3 ans à savoir :

(1) Article 6 « La répartition annuelle de ces périodes relève de l’autonomie des établissements. Cependant, la durée globale de la PFMP ne peut être partagée en plus de six périodes et la durée de chaque période ne peut être inférieure à trois semaines. »

Au sein de chaque établissement, la planification des PFMP tient compte de l’ensemble des divisions concernées et de leurs spécificités. La répartition des départs en entreprise est optimisée afin d’éviter la concentration sur quelques dates.

Sur un territoire, la planification des PFMP prend en compte les contraintes économiques locales afin d’éviter une saturation des organisations sur une même période. La planification fait l’objet d’une réflexion dans le cadre du Projet Prévisionnel de Formation (PPF - voir à la rubrique 6 du guide d’accompagnement pédagogique, ingénierie de formation, le point 6.3).

Lieux d’accueil

Tout type d’organisation intégrant dans son fonctionnement des activités administratives est susceptible d’accueillir un élève de baccalauréat professionnel GA en PFMP : artisanat, commerces, professions libérales, TPE, PME-PMI, ETI, collectivités territoriales, administrations (dans les trois fonctions publiques), associations, etc.

La fonction première des PFMP étant d’offrir au jeune la possibilité de rencontrer, vivre, observer des situations professionnelles référencées, le pilotage personnalisé des PFMP peut se faire en fonction des projets et du parcours du jeune, notamment via son passeport. Cela détermine pour chacun le type, le nombre et la variété des organisations d’accueil. Il est donc possible qu’un jeune rencontre un seul lieu de PFMP au cours de sa formation, quand un autre jeune sera accueilli dans plusieurs organisations, du même type ou de type différent.

  • Mise en place d’une base de données qualifiée

(3) Chef de travaux « Le chef de travaux joue un rôle majeur dans le développement des relations avec les milieux professionnels dont il est l'un des interlocuteurs privilégiés. Son action dans ce domaine doit contribuer au développement des partenariats, à l'insertion professionnelle des élèves via le renforcement des liens et des échanges avec les acteurs du monde professionnel, de la formation et de l'insertion. »

L’établissement met en place une base de données, véritable outil de pilotage de la relation avec les organisations partenaires, afin de mutualiser les lieux de PFMP et d’inscrire le partenariat lycée/entreprises dans la pérennité.

Cette application doit rechercher la qualification des lieux d’accueil et permettre l’édition automatisée des conventions.

  • Développement d’un partenariat avec les organisations

La base de données qualifiée permet de signer des partenariats avec des organisations sur la base d’informations en lien avec le référentiel de formation.

La prospection de nouveaux partenaires est une priorité de l’établissement pour élargir le choix des lieux d’accueil possibles.

la préparation des pfmp

  • La recherche d’organisations d'accueil

Les PFMP font partie intégrante de la formation. À ce titre, les lieux d’accueil doivent faire l’objet d’une recherche rigoureuse par les enseignants.

(2) Encadrement des périodes en entreprises  « L'établissement doit trouver pour chaque élève un lieu d'accueil pour les périodes en entreprise. La recherche et le choix de l'entreprise relèvent de l'équipe pédagogique qui doit prendre en charge les contacts nécessaires. Sous la responsabilité des enseignants, les élèves peuvent contribuer à cette recherche. »

Une progressivité dans l’autonomie de l’élève peut être visée à travers la recherche des lieux d’accueil, mais le pilotage appartient fondamentalement à l’équipe enseignante. Il est important de souligner que la recherche des lieux par l’élève ne doit pas conduire à l’exposer à des difficultés d’ordre discriminatoire ni à surévaluer son autonomie et son implication dans la formation à sa capacité à trouver un lieu d’accueil. Sous ces réserves, on peut imaginer par exemple :

  • En classe de seconde, la recherche est essentiellement organisée par l’équipe et l’établissement. Tous les enseignants peuvent être associés à la recherche et à la mise en adéquation du projet de l’élève avec le lieu de sa PFMP. La recherche des PFMP peut donner lieu à une séquence pédagogique à part entière, de nombreuses activités de gestion administrative pouvant être organisées autour de cette prospection : mise à jour de fichiers, élaboration de cartes géographiques, lien avec le programme d’économie-droit (travail approfondi sur les métiers, les organisations, les branches et les secteurs, etc.).
  • En classe de première, l’élève est accompagné dans sa recherche
  • En classe de terminale, l’élève peut être plus autonome dans sa recherche

Il n’est pas envisageable de confier aux élèves et à leurs familles la recherche et le choix d’un lieu de stage dès la seconde professionnelle : un élève débutant ne peut exposer à un éventuel tuteur le contenu de sa formation et la crédibilité du partenariat lycée/entreprise s’en trouverait exposée. C’est bien à l’équipe pédagogique d’entrer en contact avec les organisations pour mettre en relation un tuteur potentiel et un élève, en fonction du projet de celui-ci et des objectifs de la formation. Ces objectifs doivent être identifiés et présentés à l’organisation préalablement à la PFMP : c’est la phase de négociation et de contractualisation entre le lycée et le tuteur.

(2) Encadrement des périodes en entreprises  « L'équipe pédagogique veillera particulièrement à protéger les élèves d'éventuelles pratiques discriminatoires à l'entrée des périodes en entreprise. »

(2) Encadrement des périodes en entreprises  « La préparation doit s'entendre comme une activité spécifique avec les élèves. Elle impose également un rôle d'information auprès des entreprises pour les aider à s'impliquer dans l'accueil, l'accompagnement et la mise en situation de travail des élèves. »

  • La contractualisation

(2) Encadrement des périodes en entreprises  « Les contacts avec l'entreprise d'accueil visent à préparer la convention de stage : un membre de l'équipe pédagogique informe l'entreprise des finalités des périodes en entreprise, du niveau de l'élève et des caractéristiques du diplôme qu'il prépare. Il fixe avec le responsable de l'entreprise les modalités de suivi de l'élève et de déroulement du séjour, à l'aide de fiches d'activités sur la base desquelles l'entreprise précise les activités ou les tâches qu'elle est susceptible de confier à l'élève. Une visite préalable à la période en entreprise, destinée à présenter l'élève à son futur tuteur, peut parfois s'avérer utile à la bonne intégration du jeune dans l'entreprise. »

Lors d’un contact précédant la signature de la convention, l’enseignant référent :

  • formalise les objectifs négociés en termes de situations professionnelles à rencontrer.
  • explique le rôle du tuteur dans l’accompagnement et l’évaluation
  • explicite le fond et la forme du compte rendu d’évaluation

L’annexe pédagogique se doit d’être synthétique. Elle contient :

  • Une fiche de liaison école/entreprise
  • Les objectifs de la PFMP
  • Le compte rendu à compléter par le tuteur

la pfmp

  • Le suivi des élèves par l’équipe pédagogique

Pendant les PFMP, chaque élève est suivi par un ou plusieurs enseignants référents. La répartition est décidée par l’équipe pédagogique. L’enseignant référent :

  • s’assure régulièrement de la présence de l’élève sur son lieu d’accueil et programme des périodes de « rattrapage » en cas de besoin.
  • assure un contact régulier avec l’élève et le tuteur par courriel, téléphone, visite intermédiaire.
  • suit l’évolution du passeport professionnel; le cas échéant, il recadre le contenu de la PFMP.

En fin de période, l’enseignant référent rencontre le tuteur et l’élève sur le lieu de PFMP. L’entretien a plusieurs objectifs :

  • aider le tuteur à finaliser son compte rendu,
  • évaluer la façon dont les objectifs négociés en amont ont été traités et atteints,
  • évaluer le degré d’intégration et d’implication de l’élève dans l’organisation,
  • s’assurer de l’alimentation du passeport professionnel sur la base des situations rencontrées,
  • Le rôle du tuteur

Le tuteur confie des tâches à l’élève, aide à la conceptualisation des situations professionnelles via le passeport professionnel, permet à l’élève de mesurer les écarts entre les tâches qui lui ont été données et les activités qu’il a réalisées. Pour cela :

  • le tuteur aide l’élève à comprendre le contexte de l’activité singulière qui lui est confiée,
  • le tuteur accompagne l’élève dans la conceptualisation de ses activités et la construction de son passeport professionnel,
  • le tuteur prévoit régulièrement un temps de concertation avec l’élève :
    • en début de période, pour préciser les objectifs de formation négociés, expliciter le contexte,
    • en milieu de période pour suivre l’adaptation aux tâches  demandées et dégager des axes de progrès,
    • en fin de période pour réaliser un bilan de l’ensemble des activités réalisées, mesurer la progression de l’élève et enrichir  la réflexion sur son projet professionnel.

Au-delà des activités proprement dites, le tuteur participe à la réflexivité de l’élève sur son parcours professionnel et la pertinence de ses choix d’orientation.

À la fin de la PFMP, le tuteur rédige un compte rendu d’évaluation et le transmet au professeur référent.

Les comptes rendus d’évaluation des tuteurs et les certificats de PFMP qui les accompagnent sont obligatoirement joints au dossier du candidat présentant en CCF les sous-épreuves E31, E32, E33.

  • La production de l’élève

La PFMP est le lieu privilégié pour alimenter le passeport professionnel. A partir des notes qu’il a prises et des questions qu’il a posées pour mieux comprendre et analyser son travail, l’élève renseigne son passeport professionnel sur la base de son expérience d’activités réelles, vécues ou observées.

L’exploitation pédagogique des pfmp

(2) Encadrement des périodes en entreprises  « L'exploitation pédagogique de l'expérience professionnelle acquise en entreprise par les élèves, ainsi que celle des découvertes sociales et culturelles qu'ils y ont effectuées, sont des éléments essentiels de l'enseignement des lycées professionnels. Cette utilisation pédagogique des découvertes et des acquis des élèves est l'affaire de toutes les disciplines, car le milieu professionnel, s'il est un lieu de production, est aussi un lieu de vie et une source d'information sur des thèmes qui concernent la formation générale et la citoyenneté.

La prise en compte dans les enseignements des expériences acquises par les élèves n'est possible que si des objectifs précis leur ont été fixés avant le départ en entreprise et si des outils simples d'observation et de recherche leur ont été remis. »

Sur la base de l’expérience acquise en PFMP, les enseignants accompagnent chaque élève, afin de lui permettre de réinvestir au lycée les compétences qu’il a acquises.

Cette médiation est fondamentale car elle permet à l’élève de compléter son analyse des situations décrites dans son passeport professionnel ; les enseignants peuvent également constituer des groupes d’élèves ayant rencontré des situations professionnelles similaires afin qu’ils puissent, entre eux, identifier les invariants, les différences et ainsi les conceptualiser. La médiation se fait aussi par les pairs.

Via le passeport professionnel et le réinvestissement des situations rencontrées dans les deux lieux de formation, s’installe une véritable alternance, source d’apprentissages.